cacheLTOP cacheRBOTTOM

Article dans le Métal Flash #133

Un bel article sur Julien Homo et FER MET ALU dans le numéro #133 du mois de mars du Métal Flash!

 

Métal Flash – Mars 2019 – Numéro 133

Qui est Julien Homo?

 

 

À 40 ans, Julien Homo dirige l’entreprise Fer Met Alu basée à l’ouest de Rennes (35).

Une PME qui travaille pour la distribution, l’industrie, la logistique, le tertiaire et l’hôtellerie-restauration.

Il est aussi président des métalliers de l’Ille-et-Vilaine

 

 

 

Parlez-nous de votre parcours professionnel.

J’ai commencé par un CAP de ferronnerie d’art au lycée Eugène Fressinet de Saint-Brieuc. J’ai eu la chance d’y être formé par Monsieur Fleury, professeur et MOF en ferronnerie d’art. Il a su me transmettre la passion du métier. Ensuite, il y a eu le BEP et le BP au lycée Pierre Mendès France à Rennes.

Olympiades métiers

J’ai ensuite participé aux Olympiades des métiers. La première fois en 1997 j’ai terminé 7e au concours national. Puis, en 1999, j’ai terminé finaliste national. J’étais alors qualifié pour la finale internationale à Montréal au Canada. Ce fut une expérience inoubliable. Je suis toujours investi auprès des Olympiades, dans l’association des anciens champions de France.

La mission que j’ai prise au moment des rencontres nationales de Caen en novembre dernier est de rassembler les anciens champions bretons pour animer la communauté locale.

 

Plus tard, j’ai intégré l’ESJDB. C’est à ce moment que je me suis engagé au sein de la FFB. J’ai été chef de file des jeunes dirigeants pendant plus de quatre ans et j’y ai rencontré des personnes formidables.

 

Qu’en est-il de votre engagement auprès des adhérents métalliers de l’Ille-et-Vilaine ?

 

 

M’investir dans une organisation comme celle de l’Union des métalliers est riche de sens. Je donne de mon temps pour la pérennité du métier.

Devenir chef de file de l’Union des métalliers dans mon département est un choix personnel pris en pleine conscience.

Le but est avant tout être utile aux jeunes et aux métalliers bretons.

 

 

 

Pour les jeunes, mon souhait est d’améliorer les passerelles entre formation initiale et entreprises. Pouvoir mieux intégrer les jeunes diplômés dans la vie active. Ces jeunes ont beau être motivés, ils ne sont pas ou peu préparés aux règles et aux conditions qui régissent l’entreprise : le travail bien fait, l’écoute et le service aux clients en font partie.

Pour les métalliers, je souhaiterais que nous mettions mieux en avant nos réalisations et notre savoir-faire auprès des architectes. Puisque la plupart des entreprises de métallerie n’ont pas de chargés de communication, je pense que l’Union devrait pouvoir nous accompagner dans cette démarche. Je pense à des actions simples de mise en valeur dans la presse locale, par exemple. Je participe pour cela aux travaux de la Commission communication de l’Union.

Retrouvez l’article dans son intégralité dans le Métal Flash #133