cacheLTOP cacheRBOTTOM

Julien Homo, Homme de la semaine – 7jours

Cette semaine, Julien Homo était l' »Homme de la semaine » du Journal 7 jours qui proposait un dossier spécial « Le Métal dans le bâtiment ».

L’occasion de parler notamment de son statut de chef de file de l’Union des métalliers d’Ille et Vilaine.

 

Julien HOMO Chef de file Union des Métalliers d’Ille-et-Vilaine

Julien Homo, 40 ans, dirigeant de l’entreprise Fer Met Alu à L’Hermitage, a succédé fin 2018 à Bruno Larcher à la tête de l’Union des Métalliers d’Ille-et-Vilaine, directement rattachée à la Fédération Française du Bâtiment. Un mouvement qui veut tenir son rôle de représentation et de promotion des métiers de la métallerie, et fédérer les professionnels. Présent sur toute la chaîne du bâti – la conception, la mise en œuvre sur chantier, la fabrication en atelier – ce corps de métier est riche de sa diversité et de ses spécialisations.

Julien Homo, 40 ans, a repris en 2015 l’entreprise Fer Met Alu, créée par son père Serge en 1987. Avec 47 salariés, l’entreprise conçoit des ouvrages métalliques à destination des professionnels de divers secteurs : bâtiments commerciaux, bâtiments industriels et artisanaux, bâtiments logistiques et transport, bâtiments tertiaires et bancaires, bâtiments liés à l’hôtellerie et la restauration.

Julien Homo a passé un CAP ferronnerie d’Art au Lycée Freyssinet de St Brieuc : « j’ai été accompagné notamment par le professeur et MOF Georges Fleury ». Il passe ensuite un BEP et un BP à Mendès-France à Rennes, participe à deux reprises au concours des Olympiades des Métiers. « Finaliste régional et national en 1999, je pars au Canada représenter la France pour la finale internationale… ». Il passe par l’école des jeunes dirigeants du bâtiment, devient également pendant 4 ans le président des jeunes dirigeants de la FFB35.  Aujourd’hui il s’engage auprès de l’Union des Métalliers, en tant que chef de file de la section en Ille-et-Vilaine, et au niveau de l’Union Nationale dans la commission communication.  « C’est important de s’investir, notamment pour mieux appréhender l’avenir du métier, l’évolution. Il est aussi utile de mieux faire connaître les savoir-faire des métalliers, notamment auprès des architectes ».

Le travail de l’acier compte une vaste palette de compétences et de métiers : de la serrurerie de ville, à la menuiserie aluminium, la construction métallique, l’agencement décoration et la
ferronnerie d’art. On retrouve des métalliers dans les constructions de bâtiments, dans l’industrie, le mobilier urbain et la décoration. « Après la crise de 2008, il y a eu un resserrement de l’activité. On a aussi vécu un contrecoup en 2016 et 2017, avec 5 à 6 entreprises qui ont fermé en Ille-et-Vilaine (impactant 75 salariés). Il est important de se moderniser, je parle du saut technologique et numérique à faire, comme dans tous les secteurs d’activités. Car pour la partie réalisation, nous avons un réel savoir-faire, local. Il faut 5 à 8 ans de pratique pour devenir métallier, ce sont des métiers précieux. Il faut le faire savoir davantage ». Les relations avec la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre se complexifient, notamment en raison de plannings et de budgets de plus en plus serrés. On peut voir aussi dans les marchés publics des lots diffus.
« Une partie du travail du métal peut être insérée dans un lot de charpente, ou d’aménagement intérieur… Le risque est alors pour ceux qui décrochent le marché de faire appel à du « prêt-à-poser », et non à des métalliers locaux. Il n’y a plus dans ce cas de notion de géographie, on traite avec des fabricants. Nous travaillons localement en sur-mesure. C’est difficile à spécifier face à un donneur d’ordre, c’est pourquoi il est essentiel de promouvoir nos réalisations. Ce sont des métiers utiles à la communauté ».

Le métier a beaucoup évolué en 10 ans, avec la démocratisation des logiciels 3D, la mise en place de bureaux d’études en interne pour des conceptions adaptées, et aujourd’hui l’intégration au BIM. « Je souhaite aussi que la formation et le monde de l’entreprise soient interconnectés. Il faut créer des passerelles, pour que les jeunes formés appréhendent très vite l’univers de l’entreprise. »

L’Union des Métalliers de la FFB sur le département 35 représente 68 membres (entreprises) et un peu plus de 1 000 salariés. L’Union des métalliers traite de tous les aspects spécifiques au métier : technique, réglementation, formation, marchés… Plusieurs réunions et visites sont organisées sur le département chaque année, où sont abordées les nouveautés techniques (DTU, normes, certifications…). C’est un groupe ouvert à toutes les entreprises de métallerie Bâtiment du département.